In memoriam

LUC SAÏDJ

Luc Saïdj nous a quitté le 5 novembre 2017.

Tous ceux qui ont œuvré dans le domaine des finances publiques, et même au-delà de celui-ci, ont rencontré Luc Saïdj au détour de ses nombreux écrits, de ses interventions lors de colloques, ou tout simplement dans le cadre de ses enseignements et conférences.

S’il est un universitaire qui faisait l’unanimité c’était Luc Saïdj, homme à la fois intègre, rigoureux mais aussi bienveillant.

Né en 1943 en Algérie à Tizi-Ouzou, il a poursuivi toutes ses études du supérieur à Lyon, d’abord à l’IEP, puis à la Faculté de droit. Il a ainsi soutenu en 1972 son doctorat d’Etat en droit sous la direction de René Pelloux (La notion de territoire en droit public français contemporain. Il sera assistant, chargé de cours, maître-assistant puis professeur des universités.

Ayant enseigné l’essentiel des disciplines du droit public, il s’est progressivement orienté vers les finances publiques et en particulier, ce qui a été et reste particulièrement rare, vers la comptabilité publique. Sa production scientifique fut importante et on lui doit en particulier le manuel de Finances publiques (Dalloz) dont la première édition fut publiée en 1995. Son implication dans la vie universitaire aura été tout aussi remarquable tant au niveau de la Société française de finances publiques (SFFP) en tant que secrétaire général que de membre du Comité consultatif d’orientation du Conseil de normalisation des comptes publics (CNOCP). Mais il a su sortir de cet espace pour s’intéresser en particulier au domaine de l’audiovisuel, ce que l’on sait moins. Sur le plan de l’institution universitaire elle-même, il sera, à Lyon 3, directeur de DEA, du Centre d’Etudes et de Recherches Financières et Fiscales, Doyen de la Faculté de droit, Vice-président de l’Université Lyon 3,… autant de fonction occupées avec rigueur et humanité. Comme tout universitaire impliqué, son rayonnement scientifique et pédagogique ne s’est pas limité à cela ; nonobstant les nombreuses directions de thèses, participations à jurys…, sa vie a été marquée par de très nombreux séjours à l’étranger, en Asie, Europe centrale, Afrique…

En 2012, des Mélanges lui ont été consacrés en hommage en même temps ainsi qu’à ses collègues lyonnais, les professeurs Gabriel Montagnier et Jean-Pierre Lassale (Figures lyonnaises des finances publiques, L’Harmattan, coll. Finances publiques).

Ce faisant, l’auteur de ces quelques lignes destinées à rappeler sans doute trop brièvement ce que fut Luc Saïdj ne peut qu’éprouver un profond vide tant celui-ci fut à la fois un conseiller averti, un ami bienveillant et attentif et une référence intellectuelle.

Jean-Luc ALBERT

Professeur des universités, Aix Marseille Université