partenaires-iedf

L’Institut d’Economie Douanière et Fiscale (IEDF), est un institut Algéro-Tunisien créé par une convention internationale du 03 septembre 1981.

Le Directeur Général est désigné par Monsieur le Ministre des Finances algérien et le Président du Conseil d’Administration est désigné par Monsieur le Ministre des Finances tunisien.

Plus de 1 000 inspecteurs divisionnaires ont été formés à l’IEDF en Algérie et en Tunisie avec la contribution d’experts internationaux. Des lauréats de l’institut se trouvent aujourd’hui Directeurs Centraux ou cadres de l’administration centrale et participent à l’élaboration et à la mise en œuvre des réformes et sont hautement appréciés pour leur professionnalisme.

[vz_heading size=”2″] Missions de l’IEDF[/vz_heading]

La mission principale de l’institution définie par la convention Algéro-Tunisienne du 03 septembre 1981 consiste à former les futurs cadres dirigeants des douanes et des impôts en disposant d’une formation de post graduation spécialisée de deux années répondant aux normes internationales en la matière à l’intention de diplômés de l’enseignement supérieur, ayant subi avec succès les épreuves du concours d’entrée.

Pour rester à l’écoute de toutes les transformations subies par les services du Ministère des Finances, l’IEDF organise des journées d’études, des rencontres nationales, régionales et internationales sur des thèmes pour lesquels il dispose de compétence et d’ingénierie différenciée. La publication des travaux de séminaires et des colloques fournit d’ailleurs des supports très appréciés dans le domaine des finances publiques. Dans un souci d’utilisation optimale de ce potentiel de ressources, des actions de consultation en faveur des administrations concernées ou des sociétés intéressées sont menées en vue d’une meilleure efficience du système et l’amélioration des performances obtenues.

[vz_heading size=”2″] Une organisation efficace[/vz_heading]

Les organes de l’institut fonctionnent en symbiose totale pour obtenir les effets de synergie tant recherchée.

Le conseil d’administration composé de dix hauts responsables du Ministère des Finances algérien et tunisien, se réunit deux fois par an en séance ordinaire en vue de fixer les objectifs, d’évaluer les performances et d’apporter les corrections nécessaires éventuelles dans le souci de répondre aux normes internationales. L’intérêt particulier apporté à ces stratèges à la conduite des affaires de l’institut, traduit d’ailleurs leurs volontés d’améliorer sans cesse la fiabilité des services offerts par une modernisation constante de l’appareil administratif et un renouvellement des méthodes de gestion.

Le comité pédagogique veille à maintenir un niveau d’enseignement conforme à la vocation de l’institut et à la réalisation de sa mission dans de bonnes conditions en associant des experts qui donnent des avis sur la qualité des programmes et les méthodes de sélection et d’évaluation des stagiaires.

Un conseil scientifique composé de personnalités scientifiques à la réputation bien établie contribue à superviser la qualité des travaux de recherche, des publications des séminaires, des conférences et des journées d’études, associe des experts ou universitaires étrangers à ses activités et participe à des rencontres internationales dans les domaines douaniers et fiscaux.

Le corps enseignant composé d’agrégés de l’Université, de hauts responsables et d’experts spécialisés dans le domaine des finances publiques constitue incontestablement une valeur ajoutée déterminante sans laquelle toute entreprise de formation est vouée à l’échec.

Les étudiants trouvent auprès de leurs professeurs une disponibilité rare afin d’obtenir les conseils, les avis, les orientations indispensables à leurs travaux de recherche dans le cadre des travaux de groupe et de l’utilisation de méthodes actives d’enseignement.

Les meilleures spécialistes des questions fiscales et douanières disponibles, dispensent des enseignements à l’IEDF, assurent des conférences ou encadrent des travaux de recherche des étudiants.

L’association des anciens de l’IEDF : Un groupe très actif en Algérie et en Tunisie animé par des leaders ambitieux à maintenir des relations entre les anciens diplômés, les stagiaires et les responsables impliqués dans la gestion des carrières des lauréats.

[vz_heading size=”2″] Les formations à l’institut[/vz_heading]

[vz_heading size=”3″] Formations initiales [/vz_heading]

Les métiers liés au champs des finances publiques d’une manière générale et à la fiscalité et la douane d’une manière particulière ont évolué ces dernières années, notamment par une internationalisation incontournable et une forte demande de profils polyvalents qui oblige les institutions de formation à élargir le champs des connaissances et des savoir–faire de leurs étudiants de manière à les amener à la meilleure qualification pour l’exercice de leur futur métier.

Dans le contexte de l’IEDF, cette approche est facilitée par la qualité et la pertinence des enseignements dispensés qui vont dans le sens d’un meilleur professionnalisme des lauréats de l’Institut tout en préservant le caractère académique des enseignements dispensés, gage du label de qualité qui lui est reconnu. Les changements induits par les effets des réformes sur les politiques publiques de l’Algérie et de la Tunisie ont besoin plus que jamais d’un accompagnement de ressources humaines de qualité qui soient en mesure de produire la performance attendue.

Dans les programmes dispensés à l’IEDF pour la formation initiale, il s’agit de :

[vz_lists type=”arrow”]
[vz_list]consolider les acquis de chaque étudiant;[/vz_list]
[vz_list]développer les compétences professionnelles devant être acquises par un diplômé de bac+6;[/vz_list]
[vz_list]dépasser les limites d’une approche magistrale pour des situations d’apprentissage contextualisées.[/vz_list]

[/vz_lists]

Nous retrouvons dans le cycle d’enseignement un enchaînement de quatre paliers de formation.

1er palier : Homogénéisation

Période correspondant au 1er semestre de formation, pour les étudiants inspecteurs centraux issus de cursus différents.

Harmonisation des connaissances à l’échelle du groupe constituant la promotion afin qu’ils puissent suivre ensemble les enseignements du 2ème

Consolider les connaissances économiques des juristes et les connaissances juridiques des économistes et lancer les modules introductifs aux matières principales.

2ème palier : Formation de base

Période correspondant au 2ème semestre d’études où l’étudiant doit acquérir l’ensemble des connaissances fondamentales nécessaires pour un cadre appelé à exercer dans les finances publiques.

3ème palier : Formation de spécialisation

Période correspondant au 3ème semestre d’études où l’étudiant doit acquérir l’ensemble des

connaissances théoriques et pratiques qui permettent d’exercer un métier spécifique au sein de l’administration des finances.

4 ème palier : Formation pratique et préparation de mémoire

Un stage de 2 mois dans l’administration des finances algérienne pour les algériens et tunisienne pour les tunisiens et rédaction d’un mémoire de fin d’études sur une problématique intéressant la structure d’affectation. La réalisation d’une valeur ajoutée et attendue de l’étudiant qui sera fortement appréciée en jury de soutenance.

[vz_heading size=”2″] Séminaires[/vz_heading]

[vz_lists type=”arrow”]

[vz_list]Les questions d’actualités liées aux : finances publiques et fiscalité, douane management, audit et contrôle, communication….etc;[/vz_list]
[vz_list]Les économies du Maghreb;[/vz_list]
[vz_list]Economie et fiscalité pétrolières;[/vz_list]
[vz_list]Fiscalité internationale;[/vz_list]
[vz_list]Evolution des TIC (technologies de l’information et de la communication);[/vz_list]
[vz_list]Harmonisation comptable internationale;[/vz_list]
[vz_list]Ethique et économie.[/vz_list] [/vz_lists]

Cette liste est à titre indicatif, d’autres séminaires selon les thèmes d’actualité seront animés éventuellement par des experts de haut niveau.

[vz_heading size=”3″] Formation continue [/vz_heading]

Suivants les besoins accrus du Ministère des Finances algériens, des formations à la carte sont programmées suivant une étude détaillée des programmes d’enseignement avec des spécialistes du domaine (douanes, fiscalité, comptabilité et audit, budget et trésor). La formation continue concerne un cycle de recyclage et d’accès au grade des fonctionnaires du Ministère des Finances.

[vz_heading size=”2″] Concours de recrutement[/vz_heading]

Les diplômés de graduation (quatre années d’études supérieures après le baccalauréat) en Droit, sciences économiques, financières et commerciales, les ingénieurs en économétrie, planification, statistiques, informatique, recherche opérationnelle ou titre équivalent reconnu par la fonction publique, n’ayant pas de dettes, admis sans examens de rattrapage et ayant une moyenne générale de 11,5/20 pendant le cursus universitaire ou une moyenne de 12/20 pour les deux dernières années et âgés de moins de 28 ans au 31 décembre peuvent se porter candidats au concours.

De plus, les fonctionnaires des services de l’administration des finances, titulaires de l’un des diplômes cités plus haut, qui présentent une autorisation préalable dûment validée délivrée par l’administration compétente conformément à la réglementation édictée par la fonction publique en matière de formation et être âgé de moins de 34 ans au 31 décembre peuvent se porter candidats au concours.